Les artisans

Axxam n'DDa ali

La maison de l'oncle ali

Aujourd’hui, on vous emmène à Axxam N-Dda Ali (la Maison de l’oncle Ali), une association installée dans une maison de Tizi Rached en Kabylie.

Initialement inhabitée, la maison s’est transformée, à travers les activités proposées aux villageois, en un lieu vivant et chaleureux.
A Axxam on s’inscrit dans une logique d’économie sociale, solidaire et écocitoyenne .

En plus de sensibiliser les plus jeunes à la culture, l’art et l’environnement; l’association permet aux artisans du village de faire connaitre leurs créations.
Du tissage traditionnel kabyle, à la confection d’objets uniques en matières recyclées, en passant par le travail du bois d’olivier, on y rencontre des créateurs résolument inspirants !

Titam : tisseuse de Tapis traditionnels

Titam a toujours vécu dans ce village de kabylie non loin de Tizi Rached. Elle a commencé à apprivoiser les techniques de tissage alors qu’elle était adolescente.

Avec son amie d’enfance, elle ne manquait pas une occasion de s’entraîner sur les métiers à tisser des voisines. Lorsque celles-ci prenaient le temps de faire un pause conviviale autour d’un café au lait, les deux jeunes filles s’emparaient des travaux en cours pour y intégrer un peu de leur propre créativité.

Titam, qui vous crée en un instant un métier à tisser avec des branches d’arbre du jardin, est aujourd’hui celle qui transmet.

Experte de son art, elle initie avec rigueur et enthousiasme, des élèves permanents ou de passage, au techniques du tissage traditionnel Kabyle.

Khaloudja : l'Instant gastronomique

Lorsqu’on demande à Khaloudja de nous parler de sa spécialité, elle nous réponds dans un kabyle agrémenté du proverbe en français : « j’ai douze métiers, treize misères ».

Cette femme pleine de douceur est en effet tout aussi habile pour tisser des tapis traditionnels que pour réaliser des broderies raffinées.

Parmi ses nombreux talent, on retrouve naturellement l’art de la cuisine locale, qu’elle partage volontiers le temps d’un atelier au sein même de la Maison de l’oncle Ali.

Avec Khaloudja, nous apprenons à faire différentes spécialités de la région à base de produits locaux et d’ustensiles traditionnels.

Le couscous roulé à la main et assaisonné à l’huile d’olive issue de la production voisine n’aura alors plus de secret pour vous ! Un moment de convivialité qui se termine par le partage du repas concocté, dans un cadre naturel idyllique.

En savoir plus sur les ateliers et produits proposés par les artisans de la Maison de l'oncle Ali ?

Aziz : un travail poétique du bois

Aziz est un passionné de l’artisanat sous toutes ses formes. Spécialisé dans le travail du bois d’olivier depuis une dizaines d’années, il donne une âme aux objets qu’il crée. Sa technique de sculpture manuelle suit et respecte les courbes naturelles du bois donnant ainsi un aspect original et unique à ses créations.

Aziz c’est aussi quelqu’un de chaleureux avec qui on apprécie de passer un temps à discuter, assis dans le jardin ensoleillé de la Maison de l’oncle Ali.

Tout aussi à l’aise pour parler de l’artisanat kabyle que pour aborder des sujets de société, il nous transmet par cet échange, en quelque sorte, un peu de sa culture.

 

 

 

 

 

 

Lydia : l'art du recyclage​

Lydia est un peu la Pablo Picasso de la Maison de l’oncle Ali.

Elle s’approprie des composants obsolètes et les utilise dans un processus de création qui transforme le matériau d’origine en quelque chose d’autrement plus poétique. 

Elle crée des bijoux à partir d’emballages de capsules de café et conçoit des totebags originaux en associant sacs de jute, chutes de cuir et techniques de broderie berbère.

En ligne avec la mouvance du Recycl’Art, Lydia a su développer un savoir-faire d’artisanat d’art « de seconde main ».

Son activité de créatrice, en plus de s’inscrire totalement dans une logique d’économie circulaire, joue un rôle important de sensibilisation des plus jeunes aux problématiques environnementales.

nunc dolor. ut libero commodo velit, et, dapibus Lorem leo. libero.