Visite Constantine

Souvent évoquée comme un « nid d’aigle », Constantine est bâtie sur un énorme rocher, faisant d’elle une sorte de presqu’île impénétrable.

Cette vielle cité regorge d’indices témoignant d’une présence humaine remontant au Paléolithique. En tant que Cirta, elle fut la capitale du royaume numide de Massinissa et contemporaine des antiques Carthage, Rome ou Athènes.

Pour votre première visite à Constantine, quoi de mieux qu’une balade constantinoise ! Vous traverserez les fameux ponts qui relient la ville aux plaines alentours, sorte de rite de passage pour apprivoiser ce paysage vertigineux.

Pont des chutes

La Balade Constantinoise

La ville des ponts

Parmi les sept édifices que compte la ville aujourd’hui, on peut citer l’impressionnant pont suspendu de Sidi M’Cid. Situé juste au dessus du très atypique pont des Chutes, il nous offre un panorama splendide sur les gorges et la vallée du Hamma.

Nous apprécierons également de traverser la passerelle Perrégaux (ou Mellah Slimane). Celle-ci relie le quartier de la gare au centre-ville et se balance doucement au rythme des pas des piétons qui s’y croisent. Sans oublier de passer par le pont Al Kantara , l’un des plus anciens accès à la ville. Quant au pont Sidi Rached, que l’on doit à l’ingénieur Georges Boisnier, il sera au moment de sa construction, le plus haut pont de pierre du monde.

Enfin, les flâneurs apprécieront de clore la journée par la jolie traversée du boulevard de l’Abîme. Ce dernier a été tracé le long des remparts qui ont protégé, durant des siècles, la ville contre les assaillants.

Passerelle Perregaux

Des influences multiples

Arpenter la ville Constantine, c’est aussi découvrir structure urbaine hybride. Celle-ci témoigne d’une histoire longue et mouvementée. En effet, la ville a vu se succéder sept civilisations : numide, phénicienne, romaine, byzantine, arabe, turque et française.

Depuis la place du 1er novembre (ex place de la Brèche), nous pénétrerons dans la Casbah. Un ensemble de vieilles bâtisses serrées et encerclées par d’abruptes falaises. Cette partie très authentique de la ville grouille d’une activité commerçante importante à l’instar du très animé et populaire Souk El Asser. Hormis la mosquée Djemaâ El-Kebir bâtie sous la dynastie des Hafsides, la plupart des vestiges historiques que l’on peut y admirer datent de l’époque ottomane. Nous pourrons y observer quelques belles demeures et le superbe palais d’Ahmed Bey.

Le palais d’Ahmed Bey

Ce vaste édifice, véritable vestige de la civilisation ottomane, fut érigé et aménagé à partir de 1826 à l’initiative du dernier représentant du califat ottoman dans la Régence d’Alger.

Pour construire son palais, Ahmed Bey n’hésita pas à utiliser des matériaux de toutes provenances. Pièces de marbre d’Italie, bois de cèdre des Aurès et de Kabylie, pierres de taille prélevées sur les ruines de l’antique Cirta, etc…Ainsi, il en fait une sorte de musée des pièces les plus curieuses et les plus riches de la menuiserie et de la sculpture. En traversant les différentes cours et patios baignés d’une douce lumière, on imagine aisément l’ambiance qui régnait dans ces lieux. Selon la légende, le palais abritait les 390 femmes du Bey.

La pièce la plus surprenante du lieu reste l’étonnante fresque qui recouvre les murs du palais. Étendue sur plus de 2.000 m2, elle raconte le périple entrepris par Ahmed Bey pour arriver aux Lieux Saints de l’Islam. On y distingue Médine, la Mecque et Alexandrie. Ainsi que la ville d’Istanbul, reconnaissable par la Mosquée Bleue aux six minarets. A travers les multiples illustrations de cette œuvre d’art, la visite du palais s’apparente alors au récit d’un conte des Mille et Une Nuits.

Fresque Palais du Bey

L'instant gastronomique

La visite de Constantine nous donne l’occasion de découvrir les activités artisanales typiques de la région. On citera en particulier : la dinanderie , la broderie, les bijoux, le travail du bois et la poterie. Sans oublier la tradition gastronomique qui ravira tous ses visiteurs. Les plus gourmands apprécieront particulièrement l’Jawzia (ou Djouzia), le fameux nougat aux noix typique de la région!

Durant votre balade, vous pourrez faire une halte culturelle au musée Cirta pour y admirer les collections des deux sections archéologie et beaux-arts. Ou encore prendre de la hauteur au monument aux morts qui surplombe la falaise et offre un joli point de vue sur la ville.

Tidis site antique numide

Hors de la ville : les vestiges antiques

Pour prolonger le plaisir, quittez la ville et explorez une région qui regorge de sites antiques, dont certains sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Voyagez à travers les témoignages et les articles disponibles sur le blog de Carnets d’Algérie

Découvrez nos expériences de voyages

Vous avez besoin d’aide pour choisir votre prochaine destination ? Découvrez les séjours et expériences proposés par Carnets d’Algérie.  

rejoignez nous sur les réseaux sociaux !

eleifend facilisis sem, ultricies sed risus. Phasellus